Sans lumière dans le réseau lumineux – pourquoi l’accessibilité est importante et ce qu’il faut prendre en compte

07. avril 2021 - de Maya Walther

L’inclusion signifie l’accès de tous à tout. Comme Apps with love place les utilisatrices et les utilisateurs finaux au centre de ses préoccupations, il est important pour nous de penser également au grand nombre d’utilisatrices et d’utilisateurs finaux qui ont une déficience visuelle. Trop souvent, les applications et les sites web développés sont difficiles ou impossibles à utiliser pour ces personnes.

Nous avons rencontré Marcel Roesch et nous avons développé ensemble le site web facilement accessible « help2type ». Il y est proposé un clavier tactile haptique pour les smartphones – un outil très pratique pour les malvoyants.
Dans le billet suivant, Marcel parle de ce que c’est que d’être sur Internet avec une déficience visuelle et de ce qu’il faut prendre en compte lors du développement de logiciels en termes d’absence de barrière, à savoir d’accessibilité numérique. Pour que votre logiciel soit lui aussi accessible à tous à l’avenir, nous vous fournissons les principales sources d’informations relatives à l’accessibilité.


Le point de vue de Marcel sur les expériences belles et ennuyeuses du monde numérique    

Imagine que ton monde des sens soit réduit de 80 %. C’est exactement ce qui arrive lorsqu’on est aveugle. Mais grâce à l’internet, de nombreuses possibilités s’offrent tout de même à vous aujourd’hui. Tu peux faire tes achats seul, consommer des informations et en partager.
C’est la liberté. Mais cela ne fonctionne que si l’on y réfléchit lors de la planification et de la mise en œuvre. Un interrupteur à lumière n’est utile que s’il peut être allumé ou si l’on dispose des accessoires nécessaires pour l’allumer.

Selon une étude de l’Union centrale suisse pour le bien des aveugles, environ 377 000 personnes en Suisse vivent avec un handicap visuel, une cécité ou une déficience auditive. Dans le monde entier, ce nombre peut être complété par environ trois zéros. Cela représente plus de 4 % de la population totale. La prise en compte de ce groupe cible dans le monde numérique est un atout indéniable. Lors du développement de logiciels, la priorité appropriée doit être accordée au thème de « l’accessibilité ». 

Pour utiliser les ordinateurs, l’internet, les smartphones et les applications, je m’appuie sur un lecteur d’écran ainsi que des programmeuses et programmeurs responsables. Le logiciel de lecture d’écran me lit ce qui a été défini comme l’affichage de l’écran dans le serveur central. Ainsi, si les programmeuses et les programmeurs ont fait du bon travail, les liens sont nommés d’après ce qu’ils déclenchent (par exemple une description de produit), les images d’après ce qu’elles représentent (un homme avec des lunettes) et les boutons des applications sont étiquetés par fonction (retour, menu, partager, etc.). Si ce n’est pas fait correctement, le lien s’appelle peut-être  abrklwpyiejröy*890s2, les images sont nommées Grafic2754 et les boutons dans les applications portent le nom très créatif de « bouton ».

Au début, j’ai toujours besoin de beaucoup de temps pour comprendre un nouveau site : les titres sont-ils placés correctement ? Puis-je accéder directement aux champs du formulaire ? Toutes les informations me seront-elles préalablement lues ? Une fois que je connais un site, je peux y naviguer rapidement et de manière ciblée grâce à d’innombrables raccourcis clavier. Cela suppose toutefois que les exigences en matière d’accessibilité soient également respectées. 

 

E-Commerce : l’expérience d’achat avec des obstacles

C’est vraiment pénible lorsque je me débats avec une page pendant des heures, que j’ai enfin le produit que je veux dans le panier et qu’à la fin je ne peux pas sélectionner l’option de paiement, par exemple. Les éléments les plus dangereux sont les CAPTCHA visuels qui ne fournissent pas de sortie vocale, communément appelée « description audio ». Tous les effets visuels me sont cachés. Ça ne sert à rien d’avoir un bouton de commande gros, gras et clignotant. S’il n’est pas défini correctement, le logiciel de lecture d’écran ne le trouvera pas.

Les caractéristiques visuelles ne sont pas pertinentes pour les personnes malvoyantes et aveugles. Les couleurs, les tailles, les effets, etc. sont d’une utilité limitée. Néanmoins, il existe aussi des utilisatrices et des utilisateurs voyants. Il faut prendre en compte les deux groupes de besoins et les accorder entre eux. Cela représente un défi et doit être prévu dès le début de la mise en œuvre d’un projet. Si les exigences des différents groupes cibles ne sont prises en compte qu’à la fin du projet, cela prend logiquement beaucoup de temps. Cela vaut pour tous les groupes cibles, mais surtout lorsqu’il s’agit de l’accessibilité d’une solution numérique. D’où l’opinion malheureusement très répandue selon laquelle l’accessibilité coûte cher. Ce n’est pas nécessairement le cas. Si les besoins de toutes les utilisatrices et de tous les utilisateurs sont pris en compte dès le début du concept, de la conception et du développement, l’effort supplémentaire est gérable.


Lorsqu’il s’agit de caractéristiques visuelles, certains principes doivent être respectés. Le contenu doit également être facile à lire et à comprendre pour les personnes qui ne sont pas malvoyantes.

  • Tailles de police dynamiques : la « bonne » taille de police n’existe pas. Il est clair que la taille de la police doit s’adapter au support de sortie. Il ne faut cependant pas oublier les utilisatrices et les utilisateurs de ces supports de sortie. Les gens possèdent des acuités visuelles différentes, il est donc difficile d’adapter une taille de police unique à tous. La solution à ce problème réside dans les tailles de police dynamiques, qui permettent aux utilisateurs de déterminer leur propre taille de police préférée.

Dynamische Schriftgrössen
  • Contraste des couleurs 

    • il s’agit ici de veiller à de bons rapports de contraste – si les contrastes de couleurs sont trop faibles, les différences sont difficiles à percevoir. De même, certaines couleurs complémentaires sont indiscernables pour certaines personnes (daltonisme). Les contrastes de couleurs peuvent être calculés – des outils tels que Contrast Checkersont utiles à cet effet.

Schlechte vs. optimierte Farbkontraste
  • Combinaison de couleurs, de textes et d’icônes : Les informations importantes ne doivent pas être basées uniquement sur les couleurs. Des informations supplémentaires, sous forme de texte et d’icônes, contribuent à rendre la communication plus claire et plus facile à comprendre.

Kombination Farbe, Icon und Text

Être capable de communiquer

Pour pouvoir communiquer dans l’espace numérique, nous devons être capables d’écrire. Un clavier tactile est difficilement utilisable par les personnes malvoyantes. C’est pourquoi j’ai créé le premier clavier mobile au monde pour les smartphones. Le clavier haptique de help2type est compact et peut être fixé directement sur n’importe quel smartphone. Il est connecté via Bluetooth et fonctionne avec iOS et Android. Il existe bien évidemment aussi de nos jours la fonction de dictée, mais qui veut dicter des messages d’affaires, le présent blog, des messages d’amour ou des mots de passe en public ?

Grâce à help2type, il est possible de communiquer par écrit et de s’intégrer.

Il est intéressant de noter qu’avec le clavier help2type, nous pouvons rendre heureux non seulement les personnes malvoyantes, mais aussi les personnes âgées. Les touches étant haptiques, il leur est plus facile de taper. Elles peuvent à nouveau communiquer dans les chats du club ou envoyer des messages à leurs petits-enfants.

Facteurs de réussite d’un site web ou d’une application native facilement accessible

Les facteurs de réussite de l’accessibilité résident dans une bonne planification, une coopération entre les conceptrices et concepteurs et les programmeurs et programmeuses et une communication ouverte. Mon expérience avec Apps with love a été excellente à cet égard. En tant que client concerné, j’ai pu faire part de mes besoins et Apps with love a informé ses programmeurs et programmeuses en conséquence. Nous avons néanmoins rencontré l’une ou l’autre fonctionnalité délicate au cours du développement du site web help2type. Par exemple, il s’est avéré que de nombreuses personnes qui utilisent un lecteur d’écran se servent encore d’Internet Explorer pour naviguer. Et ce, malgré le fait qu’IE en tant que navigateur soit un modèle abandonné. Mais pour les logiciels de lecture d’écran, il fonctionne de manière plus fiable que les autres navigateurs. Par conséquent, il fallait bien évidemment fournir l’assistance pour ce navigateur. Il s’agit donc de développer ensemble une volonté mutuelle et de garder un œil sur le résultat. C’est ce que nous avons réussi à faire.

Il convient de noter qu’il existe différents niveaux d’accessibilité. Mais je ne peux parler qu’en tant qu’utilisateur dans le domaine des aveugles et des malvoyants. Il existe aussi, par exemple, des personnes qui ne savent pas lire – leurs besoins doivent également être satisfaits et couverts. La prise en compte de ces exigences le plus tôt possible dans le processus de planification est la clé du succès.
Si je peux me permettre d’adresser un souhait aux chefs de projet et aux programmeurs et programmeuses : s’il vous plaît, nommez les choses pour ce qu’elles sont. « Touche », « Grafic3041 » et « xliwlerlink » ne sont pas des appellations particulièrement conviviales.

Il y a une chose dont nous devons tous nous souvenir : si l’internet n’existait pas, les possibilités seraient très réduites. Je devrais compter sur quelqu’un pour tout me lire. Il s’agit donc de garder son sang-froid et d’accepter quand quelque chose n’est pas résolu parfaitement – même si je suis moi-même souvent terriblement contrarié :-). Il vaut mieux ne pas pouvoir entrer dans un monde, et parfois chercher dans le noir, que de n’avoir aucune option.  

« Il y a toujours un moyen, ensemble nous pouvons le faire. Que la « lumière » soit. »

Marcel Roesch est responsable de l’équipe de cinéma interne de Swisscom. Il y occupe la fonction de scénariste et forme des stagiaires. Depuis sa petite enfance, il est presque aveugle et ne peut reconnaître que des ombres. La composition de messages sur un smartphone est donc difficile et prend beaucoup de temps. Ne trouvant pas pratiques les solutions existantes pour les personnes malvoyantes, il a développé spontanément son propre clavier haptique pour téléphone portable dans le cadre de « Kickbox », le programme de soutien interne de Swisscom, et avec le soutien de Creaholic et d’autres investisseurs.    

Où puis-je obtenir des informations sur les directives applicables et recommandées ?

Les « Web Content Accessibility Guidelines » (WCAG – Directives pour l’accessibilité du contenu Web) sont une norme internationale pour la conception de sites Web accessibles. Ces directives ont été élaborées par l’initiative pour l’accessibilité du Web du World Wide Web Consortium (W3C), l’organisme chargé de normaliser les techniques et les technologies sur le Web.
Ces lignes directrices vont naturellement au-delà des besoins spécifiques des personnes malvoyantes et prennent également en compte, par exemple, la surdité, les restrictions de mouvement ou la sensibilité à la lumière.

En gros, les WCAG sont divisées en quatre principes. Un contenu web doit être perceptible, utilisable, compréhensible et robuste. Il existe des critères de réussite définis pour chaque principe, qui sont à leur tour divisés en trois niveaux – suivant la priorité de l’exigence.  

  • Niveau A : exigence fondamentale et priorité la plus élevée

  • Niveau AA : exigences de priorité moyenne

  • Niveau AAA : exigence supplémentaire, faible priorité

En tant que référence générale des normes d’accessibilité, les WCAG sont très complètes. Elles contiennent un grand nombre de recommandations qui dépassent largement le cadre de ce billet de blog. Nous nous abstenons donc de tenter de résumer ici les points « les plus importants », mais nous vous fournissons plutôt les sources les plus importantes.

 

Où puis-je trouver de l’aide ?

Si vous n’avez pas la capacité d’étudier vous-même les directives et de vérifier si une solution développée répond aux normes, vous pouvez bien sûr vous faire aider par différentes sources. La Fondation « Zugang für alle », par exemple, propose ainsi des évaluations et des audits sur le thème de l’accessibilité. Les solutions numériques sont testées par des experts en matière d’accessibilité numérique, sur la base des WCAG. 

En plus de ces services, « Zugang für alle » fournit également des informations importantes et des listes de contrôle pratiques et propose des cours et des certifications. 

Nous pensons que c’est une bonne et surtout importante cause, c’est pourquoi nous soutenons la fondation en tant que donateur. 

Cliquez ici si vous souhaitez vous aussi devenir donatrice ou donateur !

Nous tenons ici à remercier tout particulièrement Marcel Roesch : pour la coopération en toute simplicité, la confiance placée en nous et l’attitude toujours optimiste – Merci !

Nous venons de remarquer que vous surfez avec Internet Explorer. Malheureusement, notre site web n'est pas aussi agréable avec ce navigateur.

Vous voulez savoir pourquoi ?
Nous avons écrit à ce sujet.

Vers le blog

Vous avez besoin d'aide pour le passage à l'euro ?
Contactez-nous. Nous serons heureux de vous aider.

Contact

Installer un nouveau navigateur ?
Il y a un choix à faire.

Browser